Vivants, ensemble !

L’humanité serait un peu l’inverse d’une société d’insectes : Les termites, ou les fourmis, sont capables collectivement de bâtir de véritables cathédrales à leur échelle, alors qu’elles n’ont aucune ressource intellectuelle individuellement. Au contraire, nous serions nous, humains, des génies individuels et des idiots collectifs, capables chacun de merveilles d’inventivité, mais incapables de prendre en main notre destin commun. [1]

L’intelligence collective doit nous aider à faire mieux que les fourmis et les termites. Créer et produire ensemble, trouver des solutions, partager et diffuser les connaissances, capitaliser les expériences, le tout au service d’un intérêt partagé, c’est ça l’intelligence collective.

Alors que nos parents et grands parents se sont battus pour la liberté et pour l’égalité, les révolutions et les utopies de leurs générations, nous nous apprêtons à léguer aux générations futures des conditions de vie au mieux dégradées par rapport à celles dont nous avons bénéficié.

Quelle part de responsabilité devons nous et sommes nous prêts à assumer ? Notre liberté doit elle se construire sur les contraintes que nous laisserons à nos suivants ?

La fraternité, et ses corollaires, la solidarité dans l’espace et dans le temps, sans oublier une troisième solidarité fondamentale, avec le vivant pris dans son ensemble (la biodiversité) sont les défis de notre époque. Sans la fraternité, sans ces trois solidarités indispensables, sans prise en compte de l’intérêt général présent et futur, quels choix, quelle libertés laisserons nous à nos enfants ?

(PNG)

Tous les articles de ce site, sauf mention contraire, sont sous licence Creative Commons Developping Nations.

[1] Cette image forte est proposée par Joël de Rosnay. "L’homme symbiotique" - Le Seuil, 1995