Editos
Textes éditoriaux, réflexions, coups de gueule, ...
Articles publiés dans cette rubrique

Science, foi et libre arbitre
David Campbell. Vous ne connaissez pas son nom, et je ne le connaissais pas non plus, jusqu’à ce que je tombe sur un remarquable article, signé Amy Harmon dans le New York Times (Sélection d’articles diffusée avec le quotidien Le Monde, samedi 20 septembre).
Rassurez vous, c’est normal : David Campbell est un anonyme professeur de biologie dans un lycée de Jacksonville, en Floride. Il a la lourde tâche d’enseigner la théorie darwinienne de l’évolution à des lycéens qui n’en n’ont jamais entendu parler, ne (...)

lire la suite de l'article

L’essence de la bêtise humaine
L’utilisation massive des énergies fossiles aura fait, en un peu moins de deux siècles, pas mal de dégâts environnementaux, au nombre desquels le moindre n’est pas le bouleversement climatique enclenché, irréversible à l’échelle humaine. Mais il semble que le pétrole fasse aussi pas mal de dégâts dans les esprits, au point de provoquer de curieux désordres mentaux et autres pertes de repères...
Que, pour s’en convaincre, on entende M. Margerie, le PDG de Total, déclarer tout de go, lors d’une visite en Angola, que (...)

lire la suite de l'article

Il y a de la grandeur dans cette vision de la vie
"Il y a de la grandeur dans cette vision de la vie, et tandis que notre planète ne cesse, depuis l’origine, de tourner sur son orbite, obéissant à la loi fixe de la gravitation, de très belles et de très merveilleuses formes vivantes, issues d’un commencement tout à fait simple, sont apparues et continuent sans fin d’apparaître par évolution".
Charles Darwin, en concluant par cette phrase son ouvrage le plus fameux, "De l’origine des espèces", y cachait, sous ses bonnes manières de gentleman victorien, un (...)

lire la suite de l'article

La métaphore du "buffet campagnard"
Vous êtes invité à une grande fête, par exemple pour célébrer un mariage, ou une naissance.
Les convives s’assoient sur les tables rondes installées autour d’un généreux et très appétissant buffet campagnard. L’ambiance à votre table et sympathique, la conversation s’attarde un peu quand vous constatez la file d’attente qui se forme pour l’accès au buffet. Vous vous levez donc et rejoignez avec vos amis la file d’attente. Vous patientez dans la bonne humeur en continuant à discuter.
Mais devant vous, les (...)

lire la suite de l'article

Sublimez votre quotidien : passez à l’action !
Je reçois souvent des courriels me disant en substance : « Je suis convaincu de l’urgence et prêt à m’engager, mais que puis-je faire à mon niveau ? ». Preuve que la prise de conscience est là, et qu’il existe une vraie volonté de s’engager dans l’action, pour passer du statut d’observateur critique à celui d’acteur du changement.
En même temps, et c’est compréhensible, il y a un certain désarroi face à l’ampleur de la tâche, et du coup un sentiment d’impuissance. Et puis aussi, parfois, le sentiment que « je ne (...)

lire la suite de l'article

Pour arrêter de parler de développement durable
L’expression « développement durable » est mal née. Fille d’un compromis âprement négocié et d’une traduction imparfaite (comme toutes les traductions : « traduttore, traditore ! » comme disent nos amis italiens).
Elle sonne aux oreilles de beaucoup comme un oxymoron (1), alors qu’elle devrait idéalement être un pléonasme.
L’idée même de développement durable est attaquée de toutes parts :
Par les mouvements écologistes ou environnementalistes les plus radicaux, qui n’y voient souvent qu’une hypocrisie destinée à (...)

lire la suite de l'article

Tous acteurs, tous responsables
C’est sûr, je vais me réveiller !
Je dois faire un mauvais rêve...
Les hommes de ma génération sont en train d’épuiser en quelques décennies des ressources fossiles que la nature a mis 400 millions d’années à constituer ;
S’ils continuent comme ça, ils seront bientôt seuls sur terre, et ce qu’ils appelaient « biodiversité » n’existera plus qu’à l’état de souvenir dans les collections des museums ou dans des armoires réfrigérées ;
Ce qui paraissait extravagant, improbable, impossible il y a peu de temps est en train de se (...)

lire la suite de l'article

"e pluribus unum"
Quoi de plus en phase avec l’actualité que de titrer un article avec la devise nationale américaine ?
(Et oui, pour les plus vénaux d’entre vous, je rappelle qu’une devise n’est pas seulement une monnaie, mais aussi une brève déclaration sensée afficher les valeurs dans lesquelles vous croyez)
Evidemment, le choc du 11 septembre et les délires paranos entretenus ensuite par l’administration Bush ont fait passer cette devise au second plan . Pourtant, cette devise, « unis dans la diversité », prend tout son (...)

lire la suite de l'article

Le sablier inversé
Dans « Le goût de l’avenir » (qui vient de paraître en poche), Jean-Claude Guillebaud propose une très jolie métaphore, qui colle assez bien avec la ligne éditoriale de ce site et dont je voulais vous faire profiter.
Cette métaphore repose sur l’image d’un sablier « normal » et d’un sablier inversé. C’est une véritable radiographie de l’inconscient collectif de notre société et de sa relation au temps.
Prendre des décisions au quotidien, choisir, décider, gouverner, c’est tourner son regard vers l’avenir, avoir (...)

lire la suite de l'article

La grande asymétrie
Je ne vous avais jamais encore parlé de ma profonde admiration pour Stephen Jay Gould, tant pour l’homme et le véritable humaniste qu’il était, que pour son œuvre immense, à la fois littéraire et scientifique[1].
En apprenant la nouvelle de sa mort, le 20 mai 2002, j’ai ressenti une grande tristesse, celle qu’on ressent lors de la perte d’un ami proche. La lecture de ses livres était pour moi comme une conversation amicale et chaleureuse, et me donnait l’impression d’une certaine intimité avec l’auteur. (...)

lire la suite de l'article

De la tragédie des communs à l’intelligence collective ?
« La tragédie des communs », livre du biologiste Garret Hardin, publié en 1968 (Titre original : « The tragedy of Commons »), a formalisé pour la première fois un modèle de pensée qui a inspiré depuis, directement ou indirectement, la plupart des grands textes et conventions internationales concernant la gestion des ressources communes de l’humanité, telles que l’eau, la biodiversité, les océans, ou les émissions de carbone.
Cette vision, pessimiste et sans illusions sur la nature humaine, pose le postulat que (...)

lire la suite de l'article

Les indics dans la balance
Non, ce n’est pas le titre d’un roman noir.
Quoique... Si nous ne prêtons pas l’oreille à ce que nous disent ces indicateurs là, le devenir de l’humanité pourrait bien ressembler à un roman noir, voire à une tragédie.
Mais commençons d’abord par nous méfier des indicateurs. De ce qu’ils nous disent, et de ce qu’ils ne nous disent pas.
Prenons le PIB par exemple : Tous les décideurs économiques et politiques ont le regard braqué sur le PIB. Quand il monte, c’est bien, disent ils. La croissance est là ! Quand il (...)

lire la suite de l'article

Le développement durable, une nouvelle religion ?
Si ce devait être le cas, ce serait la mort d’une belle idée. L’expression « développement durable » est elle déjà mise à mal par faute d’usage abusif et inapproprié, la transformation du concept en une sorte de religion du 21ième siècle en marquerait la mort ou la perversion ultime. Pas de religion sans sectes, pas de religion sans dogme, et par ailleurs aucune religion n’est réellement universelle, dimension qu’il faudra à une stratégie telle que le développement durable pour durer et être utile.
Pourtant, à y (...)

lire la suite de l'article

Appel à vocations
Nouveau métier : « Ingénieur de la vie et du développement durable ».
L’expression n’est pas de moi, elle est de Lothaire Zilliox dans le texte d’une conférence sur l’eau, dans le cadre de l’Université de tous les savoirs (13 Octobre 2000).
Qu’attend-on de ces ingénieurs de la vie et du développement durable ?
Qu’ils soient des généralistes plutôt que des spécialistes. Qu’ils soient capables d’une vision globale, intégrée, plutôt que d’une vision réductionniste. Qu’ils réagissent à leur environnement, et qu’ils (...)

lire la suite de l'article

D.D. comme Développement Durable ou Dilemme Difficile ?
Loin des « Yaka » ou des « Yfaudraikon », le développement Durable pose fréquemment des questions difficiles à résoudre, et obliqe parfois à des remises en causes et à des choix cornéliens.
Au passage, l’expression « développement durable » souffre beaucoup en ce moment, du fait d’une utilisation à tort et à travers, par des gens plus ou moins sincères. J’espère qu’il ne rejoindra pas la gouvernance, pourtant un des termes clés de l’agenda 21, dans la cohorte des mots et expressions morts par mésutilisation. (...)

lire la suite de l'article

Vivants, ensemble !
L’humanité serait un peu l’inverse d’une société d’insectes : Les termites, ou les fourmis, sont capables collectivement de bâtir de véritables cathédrales à leur échelle, alors qu’elles n’ont aucune ressource intellectuelle individuellement. Au contraire, nous serions nous, humains, des génies individuels et des idiots collectifs, capables chacun de merveilles d’inventivité, mais incapables de prendre en main notre destin commun.
L’intelligence collective doit nous aider à faire mieux que les fourmis et les (...)

lire la suite de l'article