Le prix du pétrole ne peut qu’exploser !


Un pétrole peu cher est essentiel à notre économie. Pourtant, un baril de brut à plus de 200 dollars est désormais possible, voire même tout à fait inévitable !

Trois épées de Damoclès sont suspendues au-dessus de notre avenir pétrolier et suggèrent cette sinistre hypothèse.

La première est relative au changement climatique. Pour éviter une catastrophe planétaire dont nous sommes aujourd’hui parfaitement incapables de prévoir l’ampleur, il faudra apprendre à restreindre volontairement notre utilisation du pétrole. Cette restriction ne sera effective que si le pétrole est fortement taxé. Limiter les conséquences du réchauffement climatique revient donc à accepter un pétrole très cher.

La seconde est que parallèlement à la hausse constante du coût d’extraction pour des raisons techniques, nous ne sommes pas loin d’atteindre le maximum de la production mondiale. A la mi-juin 2004, des oléoducs irakiens ont été sabotés et le prix du pétrole s’était à nouveau envolé. Des spécialistes du courtage pétrolier ont alors expliqué dans la presse que la capacité excédentaire du marché pétrolier mondial était de 1.6 millions de barils par jour et que ces sabotages privaient le marché de toute réserve de production de pétrole. 1.6 millions de barils, cela représente grosso modo la consommation journalière de la France ! En conséquence, nous ne pourrons pas répondre à l’augmentation massive de la demande avec l’entrée de plus d’un tiers de l’humanité (Chine, Inde et Brésil) sur le marché de la grande consommation. Le prix du pétrole ne peut qu’exploser !

Le troisième problème à ne pas négliger est l’incertitude géostratégique liée au terrorisme, avec l’Arabie Saoudite en plein dans l’oeil du cyclone. Ce pays couve depuis quelques années des foyers d’islamistes radicaux qui ne manqueront pas de renverser la monarchie saoudienne, trop complaisante à l’égard des Américains et indifférente vis-à-vis de la pauvreté d’une immense majorité de la jeunesse saoudienne. La révolution islamiste saoudienne est probablement inévitable. Elle sera accompagnée de tensions internationales exacerbées autour du brut et le prix du baril ne peut que s’envoler !

Paradoxalement, cette hausse du prix du pétrole, si elle est progressive, pourrait profiter à notre planète. Si notre consommation de pétrole se réduit rapidement dans les dix ou quinze ans qui viennent, on évitera les pires scénarios-catastrophes concernant le changement climatique. Mais si cette chute de la consommation survient trop brutalement, sans que l’on s’y soit préparé, les conséquences peuvent être assez dramatiques d’un point de vue économique et humanitaire. Pour l’expliquer, voici deux exemples :

-  Aujourd’hui beaucoup de gens, pour des raisons économiques, ont fui loin des centres-villes alors qu’ils y travaillent, avec tous les transports que cela suppose. Si nous sommes confrontés à une explosion radicale du prix du baril - au-delà des 50 dollars de façon durable -, que ferons-nous ? Il y a là un véritable problème d’infrastructures ! Ce sont tous les espoirs de croissance qui se retrouvent plombés...

-  Ensuite, notre agriculture et notre pêche se sont rendus extrêmement dépendants des énergies fossiles. Le gaz naturel permet la production des engrais azotés indispensables à notre agriculture intensive. Le pétrole est utilisé par de nombreux moteurs très gourmands que nous retrouvons sur les tracteurs, les bateaux de pêche et les camions qui acheminent les différentes denrées alimentaires jusqu’aux consommateurs. Une explosion du prix du baril conduirait inévitablement à une explosion du prix des produits alimentaires. L’ensemble des secteurs du loisir et la grande consommation pâtirait de cette situation.

Si nous n’accélérons pas le passage à d’autres énergies, c’est parce qu’il n’existe aucune solution de substitution massive au pétrole. Bien sûr nous avons tout intérêt à développer les énergies peu émettrices de gaz à effet de serre à plus long terme (solaire, nucléaire, biomasse, éolienne, géothermie) ainsi que les nouveaux vecteurs énergétiques (hydrogène, air comprimé). Reste qu’aujourd’hui, nous sommes un peu dans la nasse. Et pas seulement pour le pétrole d’ailleurs, vu le nombre de matières premières dont les cours ont récemment explosé, à cause de la très forte demande.

Un tel exposé de la situation voudrait dire qu’il faut prendre des décisions le plus tôt possible. Or, aujourd’hui, nous nous empressons... de n’en prendre aucune ! On est un peu coincé par le fait que nos démocraties reposent sur la croissance. Pour un gouvernement, les choses ne sont pas simples. D’un côté, l’objectif pour 2050 est de réduire par quatre nos émissions de gaz à effet de serre. De l’autre, nous souhaitons faire repartir la consommation. La contradiction est on ne peut plus claire.

En attendant, j’espère que ce nouveau cri d’alarme sera entendu par le plus grand nombre. La planète attend l’explosion du prix du pétrole, qu’elle soit volontaire ou non.

Éric Souffleux

http://contrepouvoirecologie.chez.tiscali.fr

Voir aussi sur ce thème l’article de Yves Cochet publié dans le monde du 1ier avril 2001 (ce n’est pas une blague, hélas) : Vers la pétro-apocalypse ...

Autres articles dans cette rubrique :

-  Quelle énergie pour demain ?
-  Politique énergétique et développement durable

Pour proposer un article dans cette rubrique, cliquez sur : "Participer au forum", ci-dessous.



Haut de Page

Sommaire de la rubrique