Noolithic
Accueil
Définitions
Prestations
Archives
Plan du Site
Voir aussi : Le blog !

CV
Emmanuel Delannoy

Edito
Tous acteurs, tous responsables
Pour arrêter de parler de développement durable

Ethique et D.D.
Ethique ?
Quels défis pour l’éthique dans notre société technologique ?

Biotechnologies
La cause des biolinuxes
Biotechnologies et développement durable

Energie
Quelle énergie pour demain ?
Politique énergétique et développement durable

Transports
Quels transports, pour quelle société ?
La tête et les jambes
Comment sortir de la voiture ?

Agriculture
Une révolution verte pour l’Afrique ?

Biodiversité
Au loup !
Espèces vivantes de tous les pays, unissez vous !
Hécatombes

Tous acteurs, tous responsables


C’est sûr, je vais me réveiller !

Je dois faire un mauvais rêve...

Les hommes de ma génération sont en train d’épuiser en quelques décennies des ressources fossiles que la nature a mis 400 millions d’années à constituer ;

S’ils continuent comme ça, ils seront bientôt seuls sur terre, et ce qu’ils appelaient « biodiversité » n’existera plus qu’à l’état de souvenir dans les collections des museums ou dans des armoires réfrigérées ;

Ce qui paraissait extravagant, improbable, impossible il y a peu de temps est en train de se réaliser : ils sont en train de changer irrémédiablement le climat, d’épuiser les ressources sous marines, d’assécher des mers et de faire avancer les déserts. Pour ceux qui douteraient de notre puissance, ce palmarès apporte un cinglant démenti.

Bon, mais au moins, cette frénétique activité, cette hyper consommation des ressources naturelles doit leur permettre de vivre heureux, insouciant, avec chacun de quoi satisfaire leurs besoins ? Même pas. Près d’un milliard d’humains ne mangent pas assez pour survivre, près du double n’ont pas accès à une eau de bonne qualité ou ne mangent pas assez bien pour être en bonne santé. Les inégalités de développement entre ceux qui sont nés au nord, et ceux qui sont nés au sud sont de plus en plus grandes. Et même les sociétés les plus riches sont de plus en plus fragmentées. Les remarquables progrès de la médecine ne bénéficient qu’à une petite minorité qui a eu la chance de naître au bon endroit (qui a dit que les privilèges de naissance étaient abolis ?).

La solidarité entre humains vivant éloignés les uns des autres (la solidarité dans l’espace), n’existe pas, ou si peu. Il faut un choc émotionnel exceptionnel, comme le récent tsunami en Asie, pour la réveiller. Quand à la solidarité avec les humains de demain, nos enfants, nos petits enfants, ceux qui ne sont pas encore nés, où est elle ? Quand on prévoit de transmettre (un capital, une entreprise, ...) à ses descendants, on applique généralement quelques principes de gestion saine, pour que cette transmission se fasse dans les meilleures conditions. Cette attitude, naturelle et évidente pour la plupart d’entre nous en tant qu’individus, est inexistante à l’échelle de l’humanité. Quel « Tsunami des esprits » pour reprendre l’expression choc de Wangari Maathai, pourra réveiller en nous ce sens de la solidarité dans le temps ?

Si je n’étais pas en train de rêver, c’est le genre de pensées qui m’empêcheraient de dormir...

Et pourtant, je ne rêve pas, c’est bien ainsi que vont les choses aujourd’hui.

C’est sûr, il faut qu’on se réveille ...

Vous partagez peut être cette impression. Celle de savoir, même ce qu’on préfèrerait peut être ne pas savoir, et celle de se sentir impuissant, de ne pas savoir par ou commencer. Celle d’être absorbé par le quotidien, débordé par les contraintes, de ne même plus avoir le temps de penser constructivement. Il faut pourtant qu’on se réveille. Et peu importent alors les motivations de chacun : romantiques, esthétiques, philosophiques, religieuses ou pragmatiques, c’est le résultat collectif qui importe.

La première des attitudes à adopter est celle d’une remise en cause, d’un questionnement sur nos attitudes, nos besoins, nos envies, et nos pratiques.

Il nous faut aussi apprendre à vivre avec un double agenda : Un court et un long. Nous sommes tous pris dans des contraintes de court terme : mon résultat annuel, mon « quartely report », ma réélection, mes fins de mois ... Bien sûr que nous ne pouvons pas nous en affranchir. Mais en même temps, c’est une vision du long terme qu’il nous faut intégrer, pour ne pas subir quand il sera trop tard, quand nous ne pourrons plus anticiper...

Cette attitude est indispensable pour répondre au double défi formulé par Mme Gro Harlem Bruntland, dans son rapport à l’ONU sur « Notre avenir à tous », en 1987 : « Répondre aux besoins de la génération actuelle » - bien sûr qu’il faut commencer par là - « sans compromettre la capacité des générations futures à satisfaire les leurs » - bien sûr, ne pas oublier les générations futures, ne pas « insulter » l’avenir.

Mais pourquoi moi ? Pourquoi nous ?

Parce que personne ne doit se sentir à l’écart. Parce qu’il ne doit pas y avoir d’un coté ceux qui font du « développement durable », de la « solidarité », de la « responsabilité », et les autres, qui continuent de leur coté à faire leur travail comme si tout était « comme avant ».

Parce que nous avons tous, comme citoyen, électeur, consommateur, membre d’association, élu ou responsable d’entreprise des leviers d’action à notre portée, et que nous ne pourrons pas dire « je ne savais pas ».

Enfin parce que nous sommes tous des femmes ou des hommes, citoyens du monde, acteurs libres et responsables de notre destin et du destin collectif de l’humanité. Parce qu’avant de parler de « Responsabilité Sociale des Entreprises », c’est de celle de chacun des hommes et des femmes qui les composent qu’il est question. Et que, optimistes, ou pessimistes actifs, nous n’avons pas le droit de céder au découragement devant l’ampleur des défis et que nous nous devons d’agir, là où nous sommes, avec les moyens dont nous disposons.

Les autres éditoriaux :

-  Appel à vocations
-  Le développement durable, une nouvelle religion ?
-  Les indics dans la balance
-  Pour arrêter de parler de développement durable



Participer au forum
Espace Intranet
Login:
Mot de passe:

Dernières brèves
L’aube d’une nouvelle année, l’orée d’une nouvelle démocratie ?
Une innovation majeure dans la propriété intellectuelle en biologie
Pourquoi restaurer la TIPP flottante serait une erreur

Articles récents
Hécatombes
Quels défis pour l’éthique dans notre société technologique ?
Comment sortir de la voiture ?

Nouveaux liens
Biodiversité 2007
Ligue ROC : Pour la préservation de la faune sauvage
Smily.be
Wikitution
© JBL - 2004