Comment les riches détruisent la planète
lundi 12 février

"Consommer moins, répartir mieux"

Je viens de terminer, impressionné, l’ambitieux, dense, personnel et engagé dernier livre d’Hervé Kempf. Il y a là une remarquable matière à réfléchir. Un éclairage construit et synthétique, solidement argumenté, sur les maux auxquels nous devons, d’urgence, faire face. Hervé Kempf donne les clés pour comprendre, et met en évidence les liens qui relient crise écologique (climat, biodiversité, empoisonnement par les pollutions insidieuses), crise sociale, et crise démocratique.

Il propose aussi des solutions, et clôt son livre sur une note d’optimiste (et même sur une note d’humour, dans une remarquable parodie du "Café du commerce" de feu Marcel Dassault). Bien sur, les solutions proposées nécessitent remises en causes, bouleversement des ordres établis, efforts collectifs importants, au service d’un véritable intérêt général.

Nous sommes à un tournant de l’humanité ; Soit nous réagissons avec force pour prendre en mains notre destin commun, et l’aventure humaine pourra se poursuivre dans la dignité et la fraternité. Soit nous laissons faire, et nous découvrirons bientôt à quel point nous ne sommes, selon l’expression de Nicolas Hulot, "que superficiellement civilisés" - mince verni qui ne demande qu’à craquer.

A l’heure ou même Jacques Chirac, en tant que président de la république française, appelle à une "tripe révolution" (des consciences, de l’économie, de l’action politique), Hervé Kempf va un peu plus loin, ...

A vous de lire...

Pour en savoir plus :

-  La chronique de Dorothée Benoit-Browaeys, dans la lettre d’information "Vivagoveille"
-  Le site d’Hervé Kempf : "Reporterre"


Toutes les brèves du site :