Biotechnologies et développement durable

Je mets ici en ligne (voir le lien plus bas) ma thèse professionnelle de Mastère Spécialisé MIQE (Management de l’Innovation, de la Qualité et de l’Environnement). Son contenu est en cohérence avec le ton et l’objectif du site. Cette page me permet aussi d’ajouter des compléments et des sources d’information selon au fur et à mesure.

Attention toutefois : Ce document est sous licence Creative Commons Developping Nations.

(PNG)

Concrètement, cela signifie que vous êtes libre de télécharger le document, mais pas de le rediffuser ni de l’utiliser pour des travaux dérivés sans mon autorisation préalable, sauf si vous vivez et travaillez dans un pays en développement [1] (Voir les termes de la licence)

Quels sont les objectifs et le contenu de cette étude ?

Cette thèse professionnelle se propose de :

1. Inventorier et "cartographier" les "interfaces" entre les biotechnologies et les trois "piliers" du développement durable :

-   Economiques,
-   Sociaux,
-   Environnementaux.

2. Proposer un cadre méthodologique pour :

-   La réflexion stratégique pour une biotechnologie "socialement responsable",
-   La prise en compte des aspirations et des craintes du public,
-   La prise en compte des enjeux environnementaux, et le souci d’une gestion durable de la biodiversité,
-   La prise en compte des besoins spécifiques des pays du sud,

3. Aider à définir et mettre en oeuvre des "bonnes pratiques" en phase avec les objectifs ci-dessus,

4. Formaliser la surveillance et l’amélioration continue des ces pratiques pour tenir compte d’un contexte en permanente évolution.

L’approche proposée ne constitue pas nécessairement un "tout" indivisible, et pourra être adaptée à chaque contexte particulier, par exemple pour une organisation souhaitant s’auto évaluer et définir des axes de progrès, ou pour une approche orientée projet. Elle ne se substitue pas aux référentiels tels que le SD 21000, l’ISO 9004 ou l’ISO 14001, mais propose un complément compte tenu des spécificités des enjeux.

Ce document s’adresse en priorité aux acteurs des biotechnologies : organismes de recherche, fondations, organismes régulateurs et toute entreprise concevant, réalisant ou commercialisant des produits, procédés ou services. Toute autre "partie intéressée" du secteur des biotechnologies, associations, ONG, organismes de formation ou autre y trouvera des éléments de réflexion ou des pistes d’action.

Quelles en sont les limites ?

Compte tenu de son format (50 pages hors annexes), et pour rester le plus générique possible, ce texte n’a pas pour objectif de proposer une étude approfondie de chacun des thèmes abordés. Le lecteur souhaitant approfondir certains sujets pourra se reporter à la bibliographie thématique et à la "webographie" proposée en annexe, ainsi qu’aux liens internes et externes ci-après.

Lire le résumé

Read the abstract

Pour télécharger le document complet, cliquez sur l’icône ci-dessous :

Et si vous avez aimé :  ! Je cherche du travail ou des missions. Ca ne coûte rien d’en parler, vos idées et conseils m’intéressent...

PDF - 675.2 ko
Biotechnologies & développement durable
PowerPoint - 1.5 Mo
Transparents soutenance

Autres articles sur le site traitant du sujet :

-  "La cause des biolinuxes"

-  "De la tragédie des communs à l’intelligence collective ?"

-  "Une révolution verte pour l’Afrique ?"

-  "Pourquoi j’ai mangé mon gène"

-  "D.D. comme Développement Durable ou Dilemme Difficile ?"

Actualisation :

La revue "Vivant info" a par ailleurs publié un article reprenant les grandes idées de ma thèse : "Vers des biotechnologies socialement responsables ?" Peu après le bouclage de cet article, le site Inter Réseaux - Développement rural à diffusé un remarquable travail de synthèse dans le cadre de son bulletin de veille.

Ce bulletin de veille sera prochainement archivé sur leur site. En attendant, si vous voulez recevoir le bulletin spécial "Biotechnologies et OGM", et n’oubliez pas de vous inscrire à leur bulletin de veille.

Le site info-veille-biotech consacre quelques lignes de sa 57ième lettre à ma thèse professionnelle. J’en profite pour vous encourager vivement à vous inscrire à cette lettre, indispensable outil de veille sur l’actualité des biotechnologies.

Le COMEPRA (Comité d’Ethique et de Précaution IFREMER - INRA) vient de publier un avis sur les OGM végétaux. Clair, concis, factuel. A lire ici.

L’ONG WorldWatch institute vient de publier un article remarquable de Claire Hope Cummings : "Trespass". Cet article est sans doute le plus intelligent qu’il m’ait été donné de lire sur (contre) les OGM agricole. Il est en anglais mais ça vaut le coup de faire l’effort, en attendant une éventuelle traduction en français. C’est un véritable travail d’historien auquel l’auteur s’est livré, sur les pratiques des compagnies semencières et sur les collusions avec le pouvoir sous l’ère Reagan, afin de museler la FDA, l’EPA et surtout d’empêcher l’émergence de toute règlementation contraignante sur les biotechnologies, d’empêcher toute application du principe de précaution, du principe pollueur payeur, ou d’un contrôle citoyen sur ce secteur. Glaçant mais éclairant. Nous n’en sommes pas là en Europe, ni en Afrique. Saurons nous marquer notre différence et réconcilier la science, la société et l’innovation technologique ? A lire ici ou là. Une traduction en français de cet article est désormais disponible ici.

A lire aussi sur la revue en ligne "Vivant" : "Vers des traitements "open source" pour les maladies tropicales ?"

[1] : Un pays en développement est un pays qui n’est pas classé par la banque mondiale dans les "High Income Economies (OCDE ou non). Voir la classification ici.

Autres articles de cette rubrique :

-  Les technologies du vivant et nous et nous et nous ...
-  De la tragédie des communs à l’intelligence collective ?
-  Pourquoi j’ai mangé mon gène
-  La cause des biolinuxes
-  Des biotechnologies socialement responsables ? (Sur : "Vivant info")

[1] 1